Responsable BI : comment mieux rendre visibles les données ?


La Business Intelligence a pour but d’accompagner les collaborateurs dans la prise de décision en mettant en évidence les KPIs les plus pertinents. Or, d’après Gartner, 87 % des entreprises ont une faible maturité en matière d’analyse et de Business Intelligence*

Budget, shadow IT, outils, volume et granularité des données… sont autant d’obstacles qui se dressent devant les responsables BI, qui ne visent qu’un objectif : rendre visible ce qui est utile à la mesure de performance !

Les nouveaux enjeux des responsables Business Intelligence

enjeux responsable BILe volume des informations disponibles pour les entreprises ne cesse de croître année après année. D’après le cabinet de conseil McKinsey Global Institute, il double tous les trois ans, offrant autant d’opportunités aux entreprises qui savent l’exploiter. Pour cela, les organisations doivent structurer leurs processus, démocratiser les usages et simplifier la restitution des données.

Mais surtout, elles doivent disposer de compétences analytiques et d’interprétation des chiffres (ou datalphabétisation). Et c’est là le rôle des responsables BI : lire, traiter, analyser, exploiter et interpréter les data. Selon l’étude « The Human Impact of Data Literacy », « Les organisations ayant un bon niveau de datalphabétisation enregistrent jusqu’à 5 % d’augmentation de leur valeur d’entreprise« .

Cependant, le chemin est encore long. En effet, une étude de Dun & Bradstreet confirme que, malgré l’explosion de la consommation des données, leur analyse reste encore bien peu sophistiquée. 23 % des décideurs, par exemple, continuent d’utiliser des feuilles de calcul comme outil principal d’exploitation des données. Et, selon Gartner, 70 % des projets BI se soldent par un échec par manque d’outils, de compétences ou de stratégie de  gouvernance des données. En plus de rendre visible l’invisible, le responsable BI doit en effet sensibiliser les collaborateurs à l’importance de disposer de bases de données fiables et à la nécessité de réduire les silos naturellement présents. Ce dernier facteur limite en effet le partage et l’exploitation plus large des données au sein de l’entreprise.

Business Intelligence : comment mettre en évidence les KPI ?

KPIPour mettre en évidence les différents indicateurs, les responsables BI proposent des tableaux de bord (ou dashboards), des restitutions graphiques ou encore des reportings. Mais rien ne sert d’afficher toutes les données disponibles. En effet, seuls quelques KPIs sont utiles aux métiers pour leur prise de décision. Il est donc indispensable d’évaluer l’importance de chaque donnée pour savoir laquelle exploiter et ne pas perdre de temps avec les data inutiles.

Parfois, il est nécessaire d’agréger plusieurs données et/ou de collecter des indicateurs de différents métiers. C’est en établissant clairement les besoins et attentes que les responsables BI pourront identifier les data à utiliser et définir les traitements à réaliser. Pour cela, il est important de s’équiper de solutions dédiées. Or, en matière d’outils, les décideurs anglo-saxons des grandes entreprises utilisent** :

  • 23 % – Des feuilles de calcul ;
  • 17 % – Des tableaux de bord (dashboard) qui ne vont guère plus loin que les feuilles de calcul ;
  • 19 % – Des outils d’analyse moins complexes que les modèles de données de base et les méthodes de régressions ;
  • 41 % – Des modèles prédictifs et/ou des techniques d’analyse et de prévision avancées.

Pour beaucoup, le chemin est encore long pour arriver à une exploitation et une diffusion optimisées des indicateurs pertinents.

Gathering tools : pour collecter les données hors SI

Pour fiabiliser les processus de Business Intelligence, tout en ne bousculant pas les habitudes de travail des collaborateurs, une solution consiste à s’adapter à leurs usages. Et comment mieux le faire qu’en leur proposant de structurer et sécuriser leurs fichiers Excel ?

Gathering Tools conserve l’existant, tout en ajoutant des fonctionnalités comme des processus de validation renforcés, le suivi des versions, l’intégration des données au système d’information, des règles de sécurité et de droits d’accès… Cela  réduit le shadow IT, donne une vision de l’état des données et garantit la prise en compte de ces données dans les projets de Business Intelligence.

Ainsi, les responsables BI disposent de toute l’information nécessaire pour produire  des reportings pertinents. Ils donnent aux métiers toutes les clés pour prendre leurs décisions. Les alertes bloquantes en cas de données incohérentes ou incomplètes améliorent la qualité des informations échangées, fiabilisent les indicateurs, et font gagner un temps précieux aux utilisateurs contribuant à ces processus de saisie et collecte de données. La possibilité d’agréger des données contribue à produire des indicateurs poussés et utiles. L’intégration de Gathering Tools au système d’information permet ainsi d’alimenter en données les outils de BI avec efficacité, en enrichissant tout un nouveau patrimoine de data de l’entreprise jusque-là dispersé dans des feuilles de calcul.

* Enquête Gartner : 813 réponses recueillies à partir du score informatique pour les données et les analyses de Gartner d’octobre 2017 à juin 2018.

** étude de Dun & Bradstreet