Business Intelligence : comment donner plus de profondeur aux projets BI ?


La Business Intelligence est de tous les comités stratégiques des grands comptes depuis quelques années maintenant. Les données provenant du Big Data sont agrégées encore et encore pour créer toutes sortes d’indicateurs. Cependant, il est difficile pour les DSI de garder la main sur ce qui se trame dans les différents départements de l’entreprise. Chacun veut pouvoir manipuler les données à sa guise, peu importe leur provenance certaines fois… Les tableaux de bord BI fleurissent donc ici et là, sans que la véracité des données soient toujours vérifiées et qu’il soit possible de retracer le cheminement effectué par les métiers. Dans ce contexte, comment donner plus de profondeur aux projets BI tout en respectant la politique de data management de l’entreprise ?

Le défi de la collecte de données pour les projets BI

données BILa Business Intelligence évolue à vitesse grand V. Nous passons de la “BI moderne”, centrée sur les métiers et les besoins utilisateurs, à la “Smart Data Discovery”*, une BI plus intuitive et graphique. Même si nous pouvons nous réjouir de ces avancées, il n’en reste pas moins que la question de la collecte des données est toujours en suspens. En effet, de très nombreux acteurs de la BI, que ce soit en entreprise ou chez les intégrateurs ou les éditeurs, restent concentrés sur la partie Data Vizualisation et ont tendance à oublier comment ces merveilleux tableaux de bords sont construits.

Bénéficier d’indicateurs stratégiques est une excellente chose mais encore faut-il qu’ils soient fiables. Ils existent de nombreux projets BI que l’on pourrait juger incomplets. Ils sont alimentés par un pourcentage de données, jugées fiables, extrêmement faible par rapport à ce qui transite en réalité au sein de l’entreprise (tous les classeurs Excel des métiers par exemple !). Et si un tableau de bord n’est assis que sur 70% de la data existante, en tirer des choix stratégiques est hautement risqué.

Rendre la Business Intelligence plus intelligente

gestion données DSIPour faire face à ces situations complexes, il est indispensable de trouver des solutions. L’une d’elle consiste à mettre en place une gestion des données de référence, ou Master Data Management, au sein de l’entreprise. C’est un excellent moyen de s’assurer que tous les départements travaillent sur une même base et respectent certaines règles. Malheureusement, seulement 18% des DSI disposent d’une gestion des données de référence pour les données clés (identité client, identité collaborateur, produits…)**. De gros efforts restent donc à faire. De plus, cela ne suffit pas car ce n’est pas une garantie que ces données seront ensuite correctement collectées pour alimenter la BI.

Une autre solution consiste à imposer des outils logiciels aux métiers, qui les contraignent dans leurs pratiques et évitent que les données sortent du périmètre de la DSI. Mais soyons honnêtes, cette méthode ne fonctionne pas. Cela ne fera que renforcer le shadow IT, déjà bien présent dans les grandes entreprises.

Mieux vaut donc, donner la possibilité aux métiers de conserver leurs méthodes de travail tout en intégrant leurs processus au SI et en leur donnant les moyens de les fiabiliser. C’est le meilleur moyen de collecter des données brutes de qualité, au plus proche du terrain, qui pourront alimenter efficacement les solutions de Business Intelligence. Mais comment faire ?

Une solution de collecte qui réconcilie DSI et métiers

collecte données ExcelDe très nombreux métiers utilisent encore Excel pour collecter et traiter les données terrain avant de les intégrer dans les logiciels ERP, EPM, BI etc. lorsqu’ils le peuvent. Pour preuve, 12% des employés des entreprises européennes sont considérés comme utilisateurs avancés d’Excel, soit 5,5 millions de personnes. Ils y passent près de 28h par semaine ! (Pour plus de chiffres sur le sujet, découvrez notre infographie “Les tableurs dans les entreprises”). Pourtant, les limites des logiciels tableurs ne sont plus à prouver…

Pour y pallier, il existe heureusement une solution simple à mettre en oeuvre et économique : Gathering Tools ! Elle permet de conserver l’existant Excel en apportant des fonctionnalités qui faisaient défaut jusque là, comme des processus de validation renforcés, un suivi poussé des versions, etc. Elle permet surtout d’intégrer tous ces fichiers indépendants au SI et donc d’assurer leur intégration dans les projets BI de l’entreprise.

Grâce à Gathering Tools, vous avez donc le moyen parfait d’ajouter une profondeur de data extraordinaire à vos projets de BI et d’accroître ainsi leur pertinence pour les décideurs !

*Gartner “Magic Quadrant for Business Intelligence and Analytics Platforms”
** CIO.études : “Quelles pratiques de data management à l’heure du GDPR ?” – Janvier 2018

Pour être au courant de nos dernières publications, offres d’emplois et actualités, abonnez-vous à notre page entreprise !

 

alternative Excel projets BI