DSI agile : pourquoi la DSI doit repenser sa relation avec les métiers ?


Dans un monde où le digital et la mobilité révolutionnent les règles de marché et la concurrence, les entreprises n’ont qu’une option : anticiper et s’adapter en permanence. Leurs performances étant devenues éphémères et fragiles, c’est désormais la capacité d’action et de réaction qui fait la différence. Elle se résume en un mot : agilité.

Dans ce qu’il faut bien appeler un bouleversement, la DSI a un rôle central à jouer : elle a l’opportunité d’accompagner l’ensemble de l’entreprise vers plus d’agilité. À condition qu’elle soit, elle-même, devenue agile et qu’elle repense sa relation avec les métiers – ses clients internes.

Des métiers de plus en plus exigeants

relation dsi-métierSommés d’être plus efficaces, d’alléger leurs coûts, les métiers sont sous pression. Ainsi, afin de payer ses livraisons moins cher, un directeur logistique voudra connecter son système de production à celui de ses transporteurs pour leur fournir un plan de charge précis. Autre exemple : le patron d’une chaîne de restauration voudra réapprovisionner ses points de ventes à l’unité près en fonction des passages en caisse.

Pour contribuer à la compétitivité de l’entreprise, les métiers doivent donc déployer des solutions nouvelles, tirer parti des technologies innovantes, et ce, le plus vite possible. Et bien souvent, ils n’ont pas besoin de la DSI pour identifier ces solutions. Ils s’informent auprès de leurs fournisseurs, ils font des recherches en ligne, ils sont directement démarchés par des prestataires capables de connaître leurs “points de douleur” et d’y répondre.

Vers une nouvelle proposition de valeur

Pour couronner le tout, ces technologies sont à portée de main. Pas besoin de DSI pour souscrire un abonnement “dans le cloud” à une solution logicielle devenue indispensable – un outil de gestion de campagnes promotionnelles automatisées pour la direction marketing, par exemple. Pas besoin non plus de DSI pour développer un bout d’application : un ingénieur logisticien pourra facilement automatiser l’envoi de données à un transporteur après les avoir extraites de son ERP et formatées sous Excel.

Tout concourt à alimenter le sentiment que “si on demande à la DSI, ça prendra des années”. Cette dernière ne peut donc plus se retrancher dans son pré carré, en invoquant des enjeux de support technique et de maîtrise des moyens. Elle doit devenir une DSI agile, réactive. Mieux : elle doit faire de cette rapidité d’action une nouvelle proposition de valeur pour les métiers et, au-delà, pour l’ensemble de l’entreprise.

Des méthodes plus agiles à la DSI

Pour gagner en agilité, la DSI dispose de plusieurs leviers. Si elle veut proposer une démarche agile aux métiers, la DSI se dotera d’une boîte à outils méthodologique portée par les compétences et l’expérience de ses collaborateurs : méthodes de développement itératives (Scrum), en prise directe avec l’utilisateur (X programming), nouvelles approches des relations entre équipes développement et opérationnels (DevOps) ou encore du design (Design Thinking)…

Or c’est généralement là que le bât blesse : la plupart des utilisateurs métiers expriment des besoins auxquels la DSI pourrait répondre mais, pour la plupart, ils n’ont pas l’expérience de la conduite de projets. La DSI se retrouve donc dans l’obligation de fournir une solution technique mais également toute la méthodologie de recueil de besoins, de pilotage et de suivi.

C’est ce qu’ont bien compris certains éditeurs qui proposent des solutions facilitant le dialogue entre IT et métiers. Avec une solution comme Gathering Tools, la DSI peut repartir directement des process Excel développés par les métiers, pour répondre ultra-rapidement et en cycle court à des demandes nouvelles : échanges de données, interfaçage avec le SI,  sécurisation des saisies, des workflows… Ce qui évite de redéfinir le besoin initial – parfois mal compris par la DSI, refaire un cahier des charges et lancer un cycle de développement de plusieurs mois. Au passage, tout le savoir-métier déjà formalisé dans les tableurs Excel est conservé.

Enfin, pour asseoir sa crédibilité, une DSI agile devra accroître sa compréhension des attentes et des objectifs de ses clients internes. Ceci l’amènera à développer ou acquérir des profils transverses, à la fois architectes et business partners, capables de mettre en perspective les enjeux métiers et les aspects techniques. Leur rôle visera à inscrire les projets dans une vision globale de l’entreprise et de son système d’information.

Repenser la digital workplace

agilité DSIAinsi organisée, la DSI pourra répondre avec agilité aux différentes demandes de ses clients internes et regagner (ou conserver) leur confiance. Face à un besoin nouveau ou totalement émergent, la DSI proposera son apport méthodologique. Forte de sa compréhension des enjeux, elle amènera les métiers à procéder par itération pour arriver à des résultats rapides, alignés sur leurs objectifs, et accélérer la mise en production de solutions innovantes.

Pour maintenir et consolider un existant, une DSI agile mobilisera les bonnes technologies. Ainsi, avec Gathering Tools, disponible on-premise ou en SaaS (voir notre article sur le sujet « Gathering Tools avec les avantages du SaaS »), elle pourra intégrer les processus Excel développés par les métiers au système d’information de l’entreprise. Elle apportera ainsi une réponse immédiate à un besoin de sécurisation de flux de données sans perdre l’expertise métier.

Ce faisant, une DSI agile apporte bien plus qu’une capacité de réaction et des moyens. Elle accompagne les métiers dans la configuration et l’évolution constante d’une “digital workplace” centrée sur leur expertise. Une mission bien plus valorisante que la lutte – perdue d’avance – contre le Shadow IT.


Pour être au courant de nos dernières publications, offres d’emplois et actualités, abonnez-vous à notre page entreprise !

 

Témoignage agilité DSI excel